Cuits à point – Élodie Serrano

Cuits à point

Gauthier Guillet et Anna Cargali parcourent la France pour résoudre des mystères qui relèvent plus souvent d’arnaques que de véritables phénomènes surnaturels. Mais leur nouvelle affaire est d’un tout autre calibre : pourquoi la ville de Londres subit-elle une véritable canicule alors qu’on est en plein hiver et que le reste de l’Angleterre ploie sous la neige ? Se pourrait-il que cette fois des forces inexpliquées soient vraiment en jeu ?

Cuits à point est le second roman de l’autrice française Élodie Serrano (après Les Baleines Célestes, aux éditions Plume Blanche), et il est publié cette année aux Éditions ActuSF au sein de la collection Bad Wolf, dédiée à la fantasy. Je me le suis commandé pendant le confinement, en même temps que Dans L’ombre de Paris de Morgan of Glencoe, prise par une envie subite de découvrir des autrices françaises dont je ne connaissais pas encore la plume. Et, comme Cuits à point fait 282 pages, il tombe à pic pour le challenge S4F3 du blog Albédo, visant à lire pendant l’été un maximum d’ouvrages de 350 pages maximum.

Qu’est-ce que ça raconte ?

Cuits à point met en scène au XIXe siècle Anna Cargali, une veuve italienne, et Gauthier Guillet, un français imbu de sa personne et ronchon mais sympathique, deux démystificateurs associés. Anna ayant, suite au décès de son mari, voyagé puis été l’apprentie de Gauthier (les veuves sont libres de faire beaucoup plus de choses par elles-mêmes) et étant une femme, il a tendance à la faire passer au second plan et aime étaler sa science devant elle, même si à présent leurs compétences sont égales. Ce qui a tendance à agacer la jeune femme, comme vous pouvez vous en douter.

Démystificaquoi ? Les démystificateurs sont des sortes d’enquêteurs du paranormal qui, en règle générale, démontrent que là où les gens du cru voyaient un fantôme, il s’agissait d’une mécanique ourdie par quelqu’un tout ce qu’il y a de plus humain. D’ailleurs, Gauthier croit dur comme fer que le paranormal n’existe pas et, Anna, après quelques années de pratique en sa compagnie, a fini par le rejoindre dans son scepticisme.

Seulement, le duo se retrouve à enquêter sur une affaire des plus étranges, à Londres, en compagnie du britannique Anton Lloyd et de sa toute jeune nièce Maggie qui, eux, affirment que sorcières et créatures magiques sont bel et bien réels. En effet, dans la capitale, en plein hiver, et alors que la campagne environnante est enneigée, règnent des températures estivales !

Commence alors une enquête et un combat de coqs entre Gauthier et Anton, aux conséquences néfastes qu’il faudra réparer….

Mon avis

Eh bien, je suis contente de mon achat de ce roman fort sympathique qui mélange steampunk et époque victorienne. Il y a un côté page turner et ça se lit tout seul, on ne s’ennuie pas une seule seconde. Je le conseille pour tout moment où l’on n’a pas envie de se prendre la tête, mais plutôt de lire quelque chose d’agréable et optimiste.

L’intrigue est plutôt simple et l’intérêt n’a pour moi pas tant résidé dans le mystère à résoudre (j’ai très vite deviné de quoi il en retournait, sans que ça ne me dérange) que dans l’atmosphère instaurée par l’autrice : Londres, la construction de certains monuments, les échanges entre des personnages issus de différentes classes sociales et de différentes nationalités, le traitement des femmes à cette époque ainsi que l’évolution des relations entre certains personnages.

À plusieurs reprises, je me suis fait la réflexion que ça pourrait être le scénario d’un épisode de Doctor Who.

J’ai également apprécié le fait que les personnages féminins, malgré les difficultés rencontrées, soient indépendants et refusent de se laisser enfermer dans des stéréotypes de genre, ce qui a tendance à surprendre voir secouer les messieurs distingués qui les entourent. Ah et, précision, aucune romance ici, simplement de chouettes amitiés.

J’ai un peu moins accroché à la dernière partie du roman, qui se déroule pour moi un peu trop rapidement et que j’aurais préféré plus complexe (certains personnages font preuve de vraiment beaucoup de bonne volonté). Étant d’une nature pessimiste, j’ai trouvé certaines résolutions de situations un poil trop optimistes. Il y a également une scène qui, dans les faits, est assez horrible, et qui aurait pu avoir des conséquences politiques et des répercussions un peu plus poussées, mais là n’est pas le propos du roman.

Dans Cuits à point donc, des personnages sympathiques, de bons dialogues et une plume fluide. Un court roman avec lequel on passe un moment vraiment très agréable. J’y vois comme les bases d’un univers qui sera à priori ré-exploité et peut-être complexifié par la suite ; j’ai beaucoup aimé le côté « démystificateur », le duo puis le groupe qui fonctionnent bien, et les retrouverai avec grand plaisir dans de nouvelles aventures !

(cette suite a été mentionnée dans un interview d’Élodie Serrano très intéressant chez Le Chroniqueur – attention, ça divulgâche un peu)

Cuits à point, Élodie Serrano, Éditions ActuSF, 282p, 19,90€, ISBN : 978-2-37686-237-6
Illustration de couverture par Dogan Oztel

 

Retrouvez d’autres avis chez Le Chroniqueur, Boudicca, Célindanaë, Bulle de Livre, Les carnets d’une livropathe, La Geekosophe, Dup, Les Dream-Dream d’une bouquineuse, Symphonie, Fantasy à la Carte, Chut… Maman Lit !, Sometimes a book, votre avis ?

 

Cette chronique fait partie du challenge S4F3

S4F3

19 commentaires sur “Cuits à point – Élodie Serrano

Ajouter un commentaire

    1. Oh, ton commentaire avait fini dans les indésirables, je ne le vois que maintenant !
      Je pense qu’il faut partir dans ce bouquin sans attendre une révolution quelconque, simplement de passer un bon moment et avec des valeurs positives, parce que c’est une lecture safe côté personnages féminins.
      Et le fait qu’il y ait une suite en préparation est un gros +++ à mes yeux !

      Aimé par 1 personne

  1. Ah, j’espère retrouver le duo de choc dans de nouvelles aventures ! J’ai beaucoup aimé les personnages féminins et leur vision. J’ai trouvé que Gauthier assurait le ressort humoristique de l’aventure, même s’il « s’amuse » avec la patience du/de la lecteur.ice dans certaines actions 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Si ce n’est pas déjà fait, je te conseille de lire l’interview de l’autrice qu’a fait Le Chroniqueur ! Elle mentionne explicitement une suite et ça fait envie ❣️

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :